Le gratin de blette à la Palouse des Aravis

On dirait un nom de potion magique ou d’un obscur plat provençal oublié (à prononcer avec l’accent chantant, c’est encore meilleur), mais c’est encore le résultat d’une succession d’heureux hasards.  Le gratin de blette à la Palouse des Aravis, c’est un succulent plat de saison, bien gourmand, gras juste comme il faut et réconfortant à souhait (mais avec quelques bouts de verdures histoire de ne pas non plus déjà partir en tout schuss tête baissée et jean déboutonné en mode marathon de fondue à la raclette et autres ingurgitations de gras hivernal). Mesdames et messieurs, le gratin de blettes à la Palouse des Aravis n’aura plus de secret pour vous.

 

Comme souvent dans la vie, – mais ne le répétez pas – j’attends la dernière minute, le moment où tu n’as pas plus le choix et surtout plus le temps de te retourner, que tes yeux pour pleurer que je me décide à faire les choses (sauf celles que j’ai vraiment vraiment envie de faire hein). Je pense que j’ai besoin de ce petit coup de pression de la vie pour donner le meilleur de moi-même. Ou du moins essayer de donner le meilleur de moi-même.

C’est comme ça que j’ai attendu le dernier moment pour faire sa petite affaire à la blette qui séjournait depuis quelques jours dans le bac du bas de mon frigo, après avoir quitté la chambre froide de Deligreens chez qui elle avait déjà passé un petit moment. Mais elle était encore toute fringante, et si la blette n’est pas tout à fait le légume le plus excitant du monde (et ça c’est ce qu’on appelle un euphémisme, Mesdames et Messieurs !), impossible de se résoudre à jeter cette petite merveille : tu vas passer à la casserole, ma belle. Ouh oui.

Oh sexy blette…

Mais voilà, comment s’y prend-on pour rendre cette chose affriolante ? Les blettes à l’italienne (avec sauce tomate et parmesan), c’est délicieux, mais oh ça va là c’est plus l’été, on a rangé les maillots, les chapeaux de paille et les barbecues, on commence à se les cailler sévère, alors on veut un truc dans lequel se blottir, qui va venir faire des bisous de l’intérieur à notre estomac, tout en ravissant notre palais déjà un peu amoureux. C’est ça que je veux !

 

Et je sais qui va pouvoir m’aider dans cette quête de la Sexy Blette. Ni une, ni deux, je prends ma blette sous le bras (non ça c’est faux, mais je trouve que ça sert bien la narration, alors imaginez quand même), et nous filons toutes les deux chez Jean, dans sa fromagerie/bijouterie à Jean Macé : la Fromagerie Les Trois Jean. Et là, je remets complètement le destin de notre amie la blette entre ses mains : « Jean, je veux faire un gratin de cette blette. Qu’est-ce que je peux bien lui coucher dessus afin qu’elle soit sublime et absolument désirable ? »

Palouse 4ever

Voilà comment ma blette et moi-même avons fait la connaissance de la Palouse des Aravis, fromage au lait cru de vache tout droit venu de Savoie. La belle a une pâte jaune très pâle, ultra crémeuse, avec une petite croûte légèrement grise, et se rapproche assez du reblochon (si vous n’avez pas de Palouse des Aravis sous le coude – bah oui, j’imagine que ça peut arriver – le reblochon sera parfait). C’est exactement ce qu’il fallait pour ma petite blette. Un couple d’enfer.

Il faut dire que ça sonne bien, la Palouse des Aravis. Vous ne trouvez pas ? Entre pelouse, palourde, andalouse, baguouze, arbouse, pas la loose, ça évoque tout plein de choses poétiques, ça fait voyager les sens quoi.

Et puis histoire d’en rajouter une couche (au milieu, juste là, entre deux couches de blettes), je me suis laissée tentée par le Schlossberger. Outre son nom fort agréable à prononcer qui nous donne l’impression que l’on vient de s’empiffrer d’une raclette tout en étant chaussé-e de moon boots, ce fromage suisse offre une pâte fleurie, assez salée en comparaison d’un Comté, et constellée de cristaux. Notre ami Schlossberger va se trouver tout à son aise en train de fondre au creux de notre sexy blette, c’est moi qui vous le dis.

Pour un gratin de blette à la Palouse des Aravis :

(et au Schlossberger, ce n’est pas parce qu’il est caché et qu’il a un nom barbare qu’il faut l’oublier notre Schlossbergerounet)

1 botte de blette italienne

2 gousses d’ail

1 oignon

20cl de crème fraîche liquide

La bonne dose qui fait plaisir de Palouse des Aravis

1 poignée de fromage râpé du type Schlossberger, Gruyère ou Comté

Sel & poivre

 

  1. Laver et couper grossièrement les côtes et feuilles de blette, puis les faire blanchir 15 minutes dans une grande casserole d’eau bouillante salée puis les égoutter
  2. Dans une cocotte, faire revenir dans un peu de beurre et d’huile d’olive l’oignon et l’ail émincés. Lorsqu’ils sont joliment dorés, ajouter les blettes pour 5 minutes
  3. Préchauffer le four à 200°C
  4. Dans un petit bol, mélanger la crème fraîche avec le sel et le poivre, voire un soupçon de noix de muscade (attention à ne pas trop saler non plus, les deux fromages vont faire leur part du taf)
  5. Dans des cassolettes ou un plat à gratin tout simplement, disposer une première couche de blettes, puis parsemer généreusement de Schlossberger préalablement râpé. Vient ensuite l’autre couche de blettes, verser la crème, et terminer l’œuvre par de belles tranches de Palouse des Aravis
  6. Enfourner pour une quinzaine de minutes (astuce astucieuse : si tu décides comme moi de faire ton affaire dans des cassolettes adorables remplies à ras bord, n’oublie pas de mettre une plaque en dessous, ça t’évitera de nettoyer le fromage qui aura généreusement déborder de tous les côtés), lorsque tu jugeras le fromage superbement gratiné !

Pour les réticents aux blettes, il faut vraiment trouver la variété assez courte sur pattes, avec de belles côtes blanches et des feuilles assez épaisses d’un vert très légèrement bleuté. Croisement entre un Pokémon et un pak choï, j’ai découvert cette variété grâce à des pertes de Deligreens encore une fois, et je dois dire qu’elle est particulièrement bonne, sans ce goût un peu terreux qui peut faire tirer des mines dégoûtées à certains. C’est la blette italienne. Ce qui prouve une fois de plus que ce qui vient d’Italie est forcément meilleur. Enfin la plupart du temps. Bref, adios les grimaces, je veux connaître la liste exhaustive des gens qui ne succomberont pas à cette recette. Allez, on balance.

PS: désolée pour la piètre qualité des photos, prises à l’iPhone, j’avais égaré mon chargeur d’appareil photo. J’implore votre pardon !

 

Les bonnes adresses :

La Fromagerie Les Trois Jean84 avenue Jean Jaurès dans le merveilleux 7ème arrondissement (à la sortie du métro Jean Macé), et désormais aussi au Point du Jour au 52 avenue du Point du Jour dans le 5ème.

Deligreens ! Et même que je t’ai réservé un petit code promo : 30€ offerts sur ta première commande à partir de 89€ d’achat avec le code LES-DENTS-DU-BONHEUR 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *