Le lait d’avoine maison

Tellement simple que t’en reviendras pas tellement c’est fastoche de faire ton lait d’avoine maison. Simple et étrangement presque érotique. Après ça dépend comment tu vois les choses. En tout cas, c’est simple, pas cher, vegan et super bon.

THE lait d’avoine

C’est ma Mam’s qui m’a fait découvrir ce nectar des dieux (nan j’déconne, c’est bon mais faut pas s’emballer non plus, ça reste des flocons d’avoine et de l’eau) : Madame n’aimant pas boire de l’eau, elle était tellement extatique quand elle a découvert le lait d’avoine que j’ai dû goûter. Et reconnaître que c’était carrément sympa comme truc. 

Depuis cette fabuleusement extraordinaire découverte du lait d’avoine, j’ai appris à en faire à la maison et devine quoi ? C’est rapide, économique et c’est exactement tout comme dans la brique du supermarché sauf que c’est sans emballage et donc zéro déchet (super cool) et que le breuvage se décompose en deux phases plus rapidement (moins cool mais détends ton slip : tu secoues pendant 1 seconde et demi et HOP, c’est tout bien joli comme il faut et tu peux ainsi t’en délecter sereinement).

L’avoine est pour l’instant le seul lait végétal que j’ai réalisé moi-même avec un très fort taux de satisfaction, c’est pour ça que je me permets de te gratifier de la recette. Ne t’inquiète pas cependant, je vais en faire d’autres. On me dit dans mon oreillette que j’aurais une demande pour un lait de riz à la vanille de la part du mec qui dort du côté droit de mon lit… Bon. Elle ne devrait pas tarder donc.

Tater de la pie

Grâce à cette recette, tu vas pouvoir te prendre pour un-e petit-e producteur-rice sexy tout plein avec ton petit bandana, ton petit chapeau de paille et tes petites bottes en caoutchouc (merci les clichés, je m’excuse d’avance aux producteurs que je connais et qui liront peut-être ces lignes). Sauf que tu ne seras obligé-e d’arracher aucun bébé à sa maman et encore moins de l’emmener dans le merveilleux pays du nom de A.B.A.T.T.O.I.R. où les H.U.M.A.I.N.S. vont pouvoir s’en payer une bonne tranche (c’était la seconde militante chiante, après c’est que du bonheur, promis).

Par contre, à toi le plaisir de presser sensuellement ton pie (= sac à lait) à mains nues avec tes petits muscles des bras qui se contractent (un peu), de sentir le breuvage dégouliner entre tes doigts (j’ai dit qu’il fallait se laver les mains avant de faire ça ? Il faut.) et de t’en régaler directement à la mamelle (= toujours le sac à lait, les gars) ! Et tu vas y prendre goût, petit-e coquin-e, j’te le garantis.

Niveau matos, il faut quoi ?

Excellente question. Parce que le but de tout ça, c’est aussi quand même un petit peu de dépenser moins d’argent, je ne vais pas te mettre de lien vers un site qui vendrait une super machine de la mort qui tue qui te fait ton lait végétal (AVERTISSEMENT : le passage en italique suivant a été écrit après une très longue journée, merci de votre compréhension) sans même que tu aies besoin d’acheter les flocons d’avoine même que c’est lui qui te les commande sur l’internet quand tu n’en as plus et qui te les broies les filtre les met à température idéale avant de t’apporter ton divin breuvage au lit tout en simulant une aube naturellement artificielle pour finir par te sucer les orteils un par un pendant que tu bois ton bordel. Donc non, je ne connais pas de telle machine. Et même si j’en connaissais une, laisse-moi te dire que tu n’as pas envie de te faire lécher tes extrémités par une fontaine à lait. Normalement.

BREF, du coup, il te faut trois trucs :

  • Un mixeur plongeant ou un blender ou un truc qui mixe quoi.
  • Un sac à lait ou un sac en coton fin. Personnellement, je n’ai pas investi dans un sac à lait, je me sers d’un de mes sacs à vrac trouvés chez Bio’C’Bon (ça, c’était avant que ma petite Maman me couse les sacs à vrac les plus canons de l’univers interplanétaire… Si vous me suivez sur Instagram, vous devez savoir de quoi je parle) et ça le fait carrément. Il faut qu’il soit en coton fin, de préférence non coloré et non traité. Ah et propre aussi. C’est mieux.
  • Une bouteille en verre refermable. Pour pouvoir secouer grave.

Bon bah voilà c’est pas sorcier. S’il te manque un truc, tu demandes à tes parents, tes grands-parents, tes enfants, tes petits-enfants, tes amis, tes voisins, un gars qui passe dans la rue, enfin des gens quoi. 

Et maintenant, la technique.

Pour un bon litre de lait d’avoine des familles :

150g de flocons d’avoine

1L d’eau

2 càs de sirop d’érable (ou sirop d’agave)

1 pincée de sel

  1. Commencer par rincer rapidement les flocons d’avoine : la poussière qui les entoure donnerait un côté farineux à la boisson, et ce n’est pas ce que tu veux. Non, non.

  2. Mixer les flocons d’avoine rincés avec le litre d’eau, le sirop et le sel.

  3. Placer le sac (à vrac ou à lait) bien ouvert dans un récipient puis y transvaser le mélange.

  4. Presser de tes blanches mains propres et délicates le sac à lait jusqu’à ce que tout le lait en soit extrait. Dans le sac, il reste l’okara, c’est la pulpe des flocons que tu peux utiliser dans d’autres recettes, comme des biscuits par exemple. Garde-la, ou si t’as la flemme (ce que je peux complètement concevoir) : composte-la.

  5. Il ne te reste plus qu’à transvaser à l’aide d’un entonnoir (je devais vraiment préciser ça?) dans la bouteille et tadaaaa ! Tu peux désormais te la péter en disant que tu fabriques toi-même ton lait d’avoine. Non sérieux, ça claque. Ou alors je suis facilement impressionnable, à voir.

Tu peux donc utiliser ton lait végétal DIY tel quel, ou bien dans ton muesli DIY (ou pas), dans tes pâtisseries, ou dans ton riz au lait que tu vas bientôt apprendre à faire puisque je vais bientôt te donner la recette.

J’espère que ce fut instructif

Bon glouglou ! 😉

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *