Le granola

Tout simplement ma recette de granola, élaborée à partir de plein de choses que j’ai lues sur l’internet ou ailleurs, et puis simplifiée à l’extrême. Parce que si c’est compliqué, qu’il faut peser au gramme près, et bien on ne le fait jamais. Et que ce granola est tellement bon et déclinable à l’infini (oui oui, l’infini) que ce serait vraiment très dommage de s’en priver.

 

Parfois je me dis vraiment qu’écrire ce petit blog me rend meilleure. Et là tu te dis c’est bon, elle a pris le melon, elle a cru que c’était arrivé. Mais non.

1er novembre 2017. 11h03. Mon téléphone sonne.

« Allooooo? » (voix caverneuse)

« Ouhla. Je voulais vérifier si tu étais toujours vivante. »

« On dirait bien que oui. Tu me permets si je poursuis ce que j’étais en train de faire – c’est-à-dire me réparer grâce aux bienfaits du sommeil ? »

Bon, à ce stade, on ne peut pas encore en conclure que bloguer rend foncièrement meilleur. Patience.

 

Entre lit et granola…

Puisque je suis réveillée, je prends conscience de mon corps, et de ses failles. Je cours (non, le terme n’est pas courir, du tout, c’est une image) dans ma cuisine retrouver mes deux meilleurs copains : citrate et ibuprofène. Je les avale d’un trait et je me dirige vers ma chambre pour me glisser à nouveaux dans mes draps (en enlevant mes vêtements cette fois…) quand tout à coup… (suspens insoutenable) … Je pense à Julie. Une de mes collègues chez Deligreens (au fait, on a le droit de dire « collègue » avant d’avoir 43 ans ? J’ai pas trouvé de mot plus approprié, et je suis sûre 100% que si j’avais écrit « co-worker« , tout le monde aurait eu envie de me frapper, moi y compris) avec qui nous avons papoté granola un peu moins de 24h auparavant. Je ne vous retranscris pas le dialogue ici, mais en gros, à la fin, ça se termine par « ah punaise il faut que je te donne ma recette de granola ».

 

 

Du coup Julie. J’hésite entre lit et granola. Mais environ un quart de seconde et demie, jusqu’à ce que je me figure l’odeur du granola chaud qui sort du four, et le bol que je vais sans doute bouloter sous la couette avec un épisode de Stranger Things. Donc vous savez qui il faut remercier pour cette recette. Le contexte est en place, on peut parler détails techniques.

 

Dissection du granola

Le granola, c’est un peu la liberté, tu mets ce que tu veux dedans, ce qui te fait plaisir à toi. C’est ton territoire, personne ne peut venir le juger, parce que de toute façon il va tout déchirer. En gros dedans il y a quoi ? Des céréales, et des oléagineux. Pour les céréales, on peut mettre des flocons : avoine (classique, mais une bonne valeur sûre), épeautre, riz (attention, celui-là il croustille fort), orge, millet, sarrasin, etc. Et puis moi j’aime bien rajouter du sarrasin grillé, qui s’appelle kasha. Pour les oléagineux, tout est permis aussi : amandes, noisettes, noix de cajou, noix de Grenoble, pistaches, pignons, graines de tournesol, de courge… La folie totale.

 

 

Et puis une fois qu’il est sorti du four, tu peux encore le pimper si tu le souhaites avec des pépites de chocolats ou des fruits secs comme des abricots, des figues, des baies de goji, des mûres blanches, des physalis, etc. Moi je préfèrere le garder tout simple pour l’adapter à mes envies. Ton granola, c’est un peu ton portrait chinois, mais qui se mange. Et ça, ça nous plaît.


Dans mon granola, j’ai mis :

100g de céréales :

1/2 de flocons d’avoine

1/4 de flocons d’épeautre

1/4 de kasha

75g d’oléagineux : 

2/3 d’amandes

1/3 de noix de cajou

1 càs d’huile végétale neutre (huile de tournesol ou de pépin de raisin par exemple)

2 càs de sirop d’érable (ou de miel)

 

Comment faire si je n’ai pas de balance ? Pas de prise du tête : 2 càs bombées de flocons d’avoine, une de flocons d’épeautre et une de kasha, une poignée de noix de cajou et deux d’amandes. Encore une fois, c’est pour donner un exemple, tu y mets tout ce que tu veux dedans. Pas de pression.

 

  1. Préchauffer le four à 160°C.
  2. Mettre les céréales et les oléagineux (préalablement hachés grossièrement au couteau) dans un grand plat à gratin ou sur la plaque du four directement.
  3. Mélanger l’huile et le sirop dans un petit bol puis verser sur les ingrédients secs. Mélanger jusqu’à ce que tous les éléments soient bien enrobés de cette mixture.
  4. Enfourner pour dix minutes et mélanger à mi-cuisson.
  5. Sortir du four et attendre que ça refroidisse un peu avant de dévorer le meilleur granola de ta vie.

 

 

Donc en gros, en version ultra simplifiée, la recette de granola ça donne (tu peux l’écrire sur ton frigo, ça pourra s’avérer utile) :

3 càs bombées de céréales

3 poignées d’oléagineux

2 càs de sirop d’érable

1 càs d’huile

10 minutes à 160°C

 

Cette petite chose se converse dans un bocal hermétique pour environ un mois (mais ça ne tiendra pas un mois…).

Et voilà pourquoi ce blog me rend (un tout tout petit peu) meilleure : il est actuellement 12h46, j’ai fait un granola, pris des photos, et je suis en train d’écrire cet article dans mon lit en terminant mon petit déjeuner, alors que j’aurais pu juste dormir, si inutilement. Mais tu n’aurais pas eu cette recette, et Julie non plus, alors qu’elle s’avère être d’utilité publique.

 

Bon appétit 😉

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *